Le milliardaire chinois Jack Ma soutient le rachat de Playtika

24 Octobre 2017 Caesars vend Playtika pour 4,4 milliards de dollars aux chinois

Playtika, la compagnie de développement de jeux détenue par Caesars Interactive Entertainment, a été rachetée pour 4,4 milliards de dollars par un groupe d'investisseurs chinois soutenu par Jack Ma.

Ce groupe d'investisseurs chinois est dirigé par Shanghai Giant Network Technology et inclut aussi Yunfeng Capital, la société d'investissement privée de Jack Ma, de même que China Oceanwide Holdings Group Co., China Minsheng Trust Co. et Hony Capital Fund.

L'annonce de la vente a été faite juste une semaine après que Caesars Acquisition Co. ait entamé des « pourparlers exclusifs » avec le groupe chinois à la suite d'une vente aux enchères. La compagnie américaine de fabrication de jouets Hasbro Inc. et la société sud-coréenne de jeu mobile Netmarble Games avaient également participé à cette vente aux enchères.

Il est prévu que le rachat de Playtika par le consortium chinois soit finalisé au cours du troisième ou du quatrième trimestre de 2016. En dépit du fait que Playtika soit sur le point d'être rachetée, il n'est nullement question de supprimer des emplois ou de déplacer la compagnie de ses locaux actuels. Le consortium a déclaré que la division de jeux en ligne continuera à fonctionner indépendamment depuis son siège à Herzliya en Israël, et que l'équipe dirigeante actuelle de cette unité continuera à exécuter les opérations quotidiennes.

L'entrée de Playtika sur le marché chinois du jeu mobile

La vente de Playtika a été effectuée par transaction au comptant et surclasse toutes les plus grosses transactions enregistrées dans l'industrie du pari d'argent réel. Cette acquisition marque l'entrée de ce consortium chinois sur le marché sans cesse croissant des jeux mobiles en Chine. Le pari en ligne est illégal dans ce pays, sauf pour certaines formes de sports, quelques jeux de devinettes et certains casinos accrédités à Macao. La plateforme de Playtika n'implique pas le pari, car la société utilise le soi-disant « modèle freemium » grâce auquel les titres comme Slotmania et Bingo Blitz peuvent être joués gratuitement. Les joueurs peuvent décider après d'acheter des services supplémentaires.

La plateforme de Playtika utilise également une monnaie virtuelle qui ne peut pas être échangée contre de l'argent réel. Cette approche ne changera pas, même avec l'arrivée des nouveaux propriétaires.

Playtika a été vendue par Caesars Entertainment dans le cadre de la restructuration de l'entreprise, même si la division en ligne est l'une des rares branches de la marque Caesars qui génère réellement des revenus. Cette division en ligne dirige aussi la marque World Series of Poker, ainsi que les opérations de pari en ligne d'argent réel de Caesars Interactive Entertainment (CIE). La compagnie continuera de mener ses activités de pari en ligne d'argent réel et de diriger sa marque WSOP.

Quelle est la prochaine étape pour Caesars ?

La vente de Playtika, l'unité de jeux interactifs, fournira les fonds nécessaires pour le nouveau groupe qui sera créé après la fusion de Caesars Acquisition Co. (CAC) et de Caesars Entertainment Corp. (CEC). La CEC a du mal à restructurer son unité principale Caesars Entertainment Operating Co (CEOC) qui a fait faillite, et c'est ce qui avait d'ailleurs occasionné la pré-faillite de CIE. Les créanciers de CEOC insistent toutefois pour que CEC soit forcée d'injecter dans la restructuration encore plus de milliards que ce qu'elle a offert à ce jour.