1000 jeux de casino en ligne gratuits

Incarcération de 3 tricheurs à la roulette à Monaco

Par: Aurélien Massot , 29 Décembre 2015

arnaque roulette

Le lundi 21 décembre, trois joueurs professionnels de roulette d'origine britannique se sont vus infliger une peine comprise entre 10 et 30 mois de prison ferme.

Leur crime est d'avoir triché en jouant à ce jeu de la roulette au casino de Monte-Carlo.

En dehors de cette peine d'emprisonnement, ces joueurs de classe mondiale ont aussi reçu une amende de 850 000 € qu'ils devront payer à la SBM (Société des bains de mer) qui a été constituée partie civile lors du procès qui s'est tenu au tribunal de Monaco ce même lundi. Il faut dire que ces professionnels auraient réussi, grâce à leur combine, à soutirer un montant de 3 660 000 € au Casino. La tactique qu'ils utilisaient était plutôt simple : ils cachaient des jetons sans valeur qu'ils avaient pris à 10 € lors d'une partie donnée, pour les ressortir ultérieurement et les utiliser cette fois-ci comme des jetons de 1 000 €.

Des arnaqueurs très doués

Une table de roulette anglaise réunit jusqu'à 7 joueurs, chacun ayant la possibilité de choisir la valeur ainsi que la couleur des jetons qu'il utilise. À ce sujet, Christian Ollier, responsable du Service de Contrôle des Jeux au sein du gouvernement de Monaco, informe que les croupiers ne vérifiaient pas la quantité exacte de jetons que les joueurs remettent en jeu. Il a ainsi souligné que c'est cette « négligence » imputable à la SBM (Société des bains de mer et du cercle des étrangers) que les tricheurs ont su exploiter. En tant que spécialiste du domaine, il reconnait que les joueurs en question ont été « très bons » sur ce coup.

Le « cerveau de l'opération » est un pakistanais âgé de 49 ans et répond au nom de Sajid Rashid. Ainé du trio, il a montré une certaine surprise face aux accusations portées contre lui, clamant qu'il a vu des dizaines de personnes conserver leurs jetons au cours de sa carrière de joueur. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il s'agit d'un professionnel, car il affirme jouer depuis plus de 30 ans et avoir visité de nombreuses villes à travers le monde.

Peine d'emprisonnement ferme de 30 mois

Sajid Rashid utilisait jusqu'à 28 identités différentes pour jouer à Londres, et s'est vu exclure à vie de tous les casinos de la ville. Il a en outre déjà été condamné à 14 mois d'emprisonnement ferme dans son propre pays, toujours pour tricherie. Son plus grand complice à Monaco était un Britannique âgé de 26 ans répondant au nom de Qamar Hussain.

Les deux compères ont écopé d'une peine de trente mois fermes, sentence prononcée par le tribunal de la Principauté de Monaco. Le troisième membre de la bande n'a lui récolté que dix mois d'emprisonnement ferme au vu de sa participation tardive à l'opération. Il s'agit de Zahidul Haque Khan, père de famille originaire du Bangladesh et âgé de 45 ans. Bien qu'il ait nié en bloc avoir participé à une quelconque tricherie, une caméra de surveillance le montre clairement cacher 5 fois des jetons à l'intérieur de sa poche. Pourtant, il continua de clamer dans un anglais approximatif que tout ce qu'il avait fait était d'aller se chercher une cigarette et de la nourriture.

Traitement spécial à Monaco pour ces gros parieurs

Ces trois protagonistes bénéficiaient du statut de gros joueurs et étaient logés et nourris à telle enseigne dans l'un des hôtels de la Société des bains de mer de Monaco. Ils méritaient en effet cette appellation, car Sajid déclarait par exemple avoir perdu 200 mille euros en une seule heure, alors que Qamar, le plus jeune de la bande avec son visage d'ange, avouait qu'il est accro depuis ses 14 ans.

Qamar Hussain déclara avoir utilisé un système de tricherie pour la première fois lors d'un Grand Prix automobile. Son complice Sajid et lui expliquèrent que l'idée de la combine des jetons leur a été soufflée par des touristes. Selon la procureure Alexia Brianti, le mode opératoire du groupe, qui a été révélé grâce à une vidéosurveillance obtenue lors du dernier Grand Prix de Formule 1, était parfaitement huilé. Les deux plus âgés se chargeaient de récupérer les jetons, tandis que le troisième s'occupait de les réutiliser pour jouer.

Incarcérés depuis le mois de juin

Une fois repérés lors du Grand Prix de F1, les trois compères ont choisir de revenir à Monaco en juin dernier, et c'est à ce moment qu'ils ont été arrêtés par la police. La SBM a réclamé qu'ils paient une amende s'élevant à 3 660 000 €, une estimation du montant qu'ils auraient engrangé à eux trois en utilisant leur combine pendant toute une année. Néanmoins, le tribunal a décidé de ne pas suivre cette requête, les caméras de surveillance, qui ne conservent les images que des dix derniers jours, ne permettant pas d'incriminer les tricheurs sur une période remontant à aussi loin.

Me Thomas Giaccardi, avocat de la Société des bains de mer, affirmait pourtant que les trois hommes ont fréquenté régulièrement l'établissement pendant un an pour y appliquer leur système de triche. Selon lui, il s'agit tout simplement d'escrocs qui tentent de « se dépeindre comme des malades du jeu ». Au final, la procureure a requis une peine ferme de trois ans pour Qamar et Sajid, et de dix-huit mois pour Zahidul. Déjà sous les verrous depuis leur arrestation en juin, les trois tricheurs ont regagné leur bâtiment avec vue sur mer, la petite prison monégasque aux 20 cellules située en contrebas du Musée océanographique.